Auteur Messages

5 juin 2020 à 15 h 03 min

Les toilettes sèches, chez nous, ce n’est pas une cabane au fond du jardin entourée d’orties, à l’odeur répugnante, qui bercent nos souvenirs de vacances chez la grand-mère quand il fallait y aller en pleine nuit avec la lampe-torche…

Ici, nous avons accueilli les toilettes sèches dans la maison! Sans les odeurs, les orties et les mouches !

La maison disposant de 2 WC à eau, nous avons décidé d’en transformer un en toilettes sèches (TS).

Installation des TS:

On a commencé par retirer le WC à eau en veillant à boucher le tuyau d’évacuation avec un sac plastique pour éviter les remontées d’odeurs du réseau d’assainissement.

Et puis on a construit un meuble sur mesure.

Nous avons voulu séparer les urines des fèces d’abord pour limiter les odeurs, et aussi afin de récupérer l’urine pour le jardin.

On a donc acheté un séparateur d’urine pour 40€
https://freerangedesigns.co.uk/separateur-d-urine-pour-toilettes-seches.html
Il s’agit d’un entonnoir large que nous avons installé sous le couvercle amovible de façon à le faire glisser. Une fois le couvercle fermé, l’embout du séparateur se coince dans un bidon de 2L (chiné au supermarché!) pour accueillir l’urine.

Pour les fèces, rien de plus simple qu’un seau de 10L installé sous la lunette. Nous avons dû l’entailler pour laisser passer le séparateur d’urine.

Voici le résultat vu d’en haut. Le séparateur est devant en noir et le seau derrière en vert.

On a prévu un bac sous le seau et le bidon en cas de débordement d’urine.

On a installé la lunette, et vernit en abondance (3 couches)

Et voilà !

Vous pouvez comme nous auto-construire vos TS, sinon vous trouverez facilement des plans sur internet.

Utilisation des TS:

Nous avons récupéré gratuitement chez un ébéniste de la sciure de bois dont nous mettons une petite couche au fond du seau vert, et des copeaux de bois qui sont à disposition dans un petit seau pour recouvrir les selles.

Pour l’urine, quand le bidon est plein (et ça arrive vite!), on la transvase dans un bidon de 5L type vinaigre d’alcool, et on la stocke au garage.

Point de vigilance sur l’hygiène:

Question entretien, le seau vert est vidé toutes les semaines, la lunette est nettoyée aussi !

Le bidon d’urine qui déborde et ça pue.
Un oubli de copeaux sur les selles et ça pue.
Le séparateur d’urine souillé et ça pue.
A la maison, les contraintes d’entretien sont intégrées, mais il faut s’y tenir, sinon le lieu se retrouve vite à l’abandon et les grimaces apparaissent…

Utilisation de la matière:

Le seau pour les selles est vidé dans un composteur spécifique. (le petit sur la photo)
Depuis octobre 2019, le composteur est rempli à moitié (nous sommes 3 à la maison).
Un fois plein, le tas partira en maturation pour 1 an, puis sera utilisé comme compost dans le potager.


Pour l’urine, je me suis référée à l’ouvrage d’Arnaud de Looze «L’Urine au Jardin» pour l’utiliser au potager. Je vous le conseille, c’est cet ouvrage qui m’a motivé pour le projet !!

A la sortie de l’hiver, j’ai déversé 1L d’urine pour 1 kg de compost sur mes buttes de culture et pendant la saison, en entretien, je dilue l’urine à 1/20e dans un arrosoir et j’arrose le pied de mes légumes toutes les 2/3 semaines.

Il m’est arrivé de ne plus pouvoir stocker l’urine, alors je l’épands dans le jardin (sur la pelouse, les plantes).
Je ne vais pas vous mentir, l’urine se sent à ce moment-là, mais l’odeur disparaît au bout de quelques heures.
(mes voisins étant proches, je fais l’opération le soir pour le moins de nuisances, chut !)

Les odeurs:

Sujet sensible, mais il est primordial à aborder pour la réussite du projet.
Dans la maison, il y a une VMC dans la pièce des TS, ce qui contribue à évacuer les odeurs.
En respectant les mesures d’hygiène, en vidant le seau et le bidon régulièrement, les TS NE SENTENT PAS !

Dans le garage, à l’abri de la lumière, l’urine se conserve sans se dégrader. L’urine est stérile (= propre). Il n’y a pas d’odeur.

Dans le jardin, le composteur à TS ne sent pas (quittez cette image des mouches qui tournent autour du tas de fumier…).
Avec l’apport en copeaux de bois, les selles se décomposent comme vos peaux de bananes dans un composteur classique.
Il faut tout de même brasser la matière au moins une fois par mois pour éviter une décomposition sans oxygène (= putréfaction).

Enfin, l’odeur générée par l’urine au moment de l’épandage est à accepter, elle ne dure que quelques heures.

L’accueil de la famille, des invités:

L’avantage d’avoir des toilettes à eau et des toilettes sèches, c’est qu’on fait son choix.

Les enfants se sont vite habitués au fonctionnement des toilettes sèches, et le préfère aujourd’hui.
Nous avons créer un rituel: quand quelqu’un sort des toilettes sèches, il dit à tous “ J’ai pas tiré la chasse d’eau”, et tout le monde répond “la nature te remercie!”. Ça nous fait rire à chaque fois…

C’est plus difficile pour les adultes, parce que ça les met face à leurs propres déchets.
Vous connaissez la phrase de Monsieur Poubelle: “Je ferme le couvercle et j’oublie” ? Il est temps de faire marche arrière.

Coté invités, ceux qui ont fait l’expérience en ressortent plutôt neutre, voire indifférents, “ouais c’est bien ton truc!”. L’essentiel, c’est qu’ils aient laissé leur offrande!

Pour ma part, c’est un endroit que j’aime bien dans la maison, ce petit coin à la bonne odeur de bois et de lavande. Plongée dans mes quelques revues de jardinage, cette pièce sans fenêtre devient une ouverture sur le jardin vécue par d’autres sens.
Définitivement un «must-have» dans la maison !

Et vous, vous en êtes où niveau Toilettes sèches?

Article rédigé par Céline Metzger de Transiterre (http://www.transiterre.org/)

#cafecompost2020

  • Ce sujet a été modifié le il y a 4 semaines et 1 jour par  Céline.

8 juin 2020 à 11 h 24 min

Et une petite vidéo « maison » pour illustrer!

13 juin 2020 à 18 h 30 min

Pour échanger autour de cette pratique, RDV dimanche le 14 juin à 17h30 par téléphone avec Céline Metzger de Transiterre.
Composez le 09 72 12 34 56, puis le 584058# (appel gratuit).