Auteur Articles

8 janvier 2015 à 15 h 24 min

Dans notre centre de vacances les enfants font le compost midi et soir. Il y en a un par table de quatre qui se lève, fait environ 10 metre et vide les restes; soit dans un seau “déchets” soit dans un seau “compost”….

Ce midi comme plusieurs fois, je passe aux tables et demande; “Alors qui est ce qui va au compost ce midi?”La réponse est souvent “j y suis déja aller hier”, suivit de plusieurs “moi aussi”…La motivation n y est pas toujours…Alors je leur dit qu ils n ont que 10 metre a faire…Mais ils se forcent, et j aimerais que se soit spontané!

Auriez vous des phrases motivantes a leur donner en cas de démotivation!! Des raisons simples et percutantes pour les sensibiliser et qu ils se rendent compte de l utilité de leur geste?

Merci…

19 janvier 2015 à 12 h 57 min

Bonjour Marie,

 

je te mets ci-dessous une petite description tirée de l’expérience d’un professeur de SVT en Ardèche :
Mise en place du compostage dans un collège ardéchois
La première année nous avons essayé de séparer les déchets végétaux des carnés : ce fut très compliqué, les assiettes en fin de repas sont souvent un joyeux mélange (sans parler des plats type lasagnes ou chili con carne…).Nous avons donc décidé de tout mettre ensemble, végétaux et viande, poisson, os…, avec l’aval technique du chargé de mission compostage du Syndicat de gestion des déchets local. Séparer l’organique des plastiques ou autres emballages n’est déjà pas si facile pour certains. Un seul impératif avec de la viande : ajouter quasiment le même volume de structurant (broyât d’élagage), tous les jours.

Pour l’organisation : on avait constitué un comité de pilotage au tout début de l’opération, avec des représentants de tous les partenaires (CG07, Mairie (services techniques), SICTOBA (le Syndicat de Gestion des déchets local), pour le collège la gestionnaire, l’agent technique et deux profs motivés). En réalité, une fois le projet lancé, le “vrai” comité de pilotage c’est l’agent technique et moi, toujours aidé en cas de besoin par le SICTOBA qui a un chargé de mission spécial compostage. On se voit souvent, c’est un petit collège (400 élèves)
 - pour le calendrier c’est assez simple : en début d’année je prends la liste définitive de tous les élèves du collège, j’enlève les externes et je compte par niveau le nombre d’élèves qui mangent à la cantine. Ensuite le prends le calendrier, j’enlève les vacances, jours fériés etc., et je répartis des groupes d’élèves sur l’année. Le lundi des 6ème, le mardi des 5ème, le jeudi des 4ème, le vendredi les 3ème. En gros entre 2 et 4 élèves à la fois suivant les effectifs de chaque niveau. Chaque élève ne passe ainsi qu’une seule fois dans l’année, et tous les élèves y passent (les élèves aiment ce genre de “justice” !).
Ensuite je fais une affichette placardée à 3 endroits (entrée du self, sortie du self, Vie Scolaire) qui annonce les équipes d’élèves pour les deux semaines à venir (ce qui fait 4 X 2 = 8 équipes). Je ne mets avec la date que la classe, le prénom et la première lettre du nom de famille. En rappelant le RV (par exemple 13h10 devant la Vie Scolaire).
Donc ça me fait environ 2h pour faire le planning à l’année, et ensuite 15 minutes tous les 15 jours pour faire l’affichette et la coller. Il faut bien comprendre que les élèves, au moment du compost proprement dit (amener le lourd container de la plonge à l’aire de compostage et le transvaser) sont toujours accompagnés d’un adulte (prof le plus souvent), volontaire et bénévole les premières années (c’est récent que l’on a droit à quelques HSE bien agréables). Cette année par exemple, je m’en occupais le lundi et mardi, un autre collègue le jeudi, un autre encore le vendredi. Environ 10 minutes par jour. Cela demande une petite harmonisation de ce que l’on fait et ce que l’on dit (sensibilisation au gaspillage, par exemple). C’est ensuite l’agent technique qui s’occupe d’ajouter du structurant (sa fiche de poste a été modifiée par le CG pour prendre en compte cet aspect, environ 15 minutes par jour).
Souvent il manque un voire deux élèves au RV, les surveillants et surtout les autres élèves vont les chercher dans la cour. On a du “menacer” d’un retard non justifié sur le carnet pour éviter ce genre d’oubli, cela roule plutôt très bien après plus de 4 ans de fonctionnement (tous les élèves renouvelés, donc !).

 - pour ce qui est du passage à la dépose des plateaux, on a enfin trouvé une solution assez efficace, grâce aux agents de la plonge : juste avant la plonge les élèves mettent dans une poubelle spéciale tous les déchets non compostables (pots de yaourts, barquettes plastiques, emballages divers). Ensuite seulement, et sous les yeux des agents, ils vident les déchets organiques dans l’unique “trou” initialement prévu. Sous le trou se trouve un container avec sac plastique dedans, muni de roulettes pour  pouvoir être facilement transporté ensuite. Il reste quand même des erreurs (voire des erreurs volontaires… assez rares heureusement), et la première chose que fait l’équipe du compostage du jour est d’étaler dans le bac à compost extérieur les déchets (avec une fourche) et d’enlever les erreurs (on a toujours deux  gants en latex avec nous).
- Pour ce qui est de la communication, on commence dès la visite des  CM2, on répète les consignes à tous les 6ème la première semaine de la  rentrée (soit je passe dans les classes, soit le PP fait le boulot) et on commence le plus rapidement possible l’action (environ 3 semaines après la rentrée, pour avoir des listes d’élèves fiables et avoir le temps de faire le planning et la comm’).

Au début (en 2008 – 2009) des adultes et des élèves volontaires restaient  pour guider la desserte des plateaux, mais les élèves n’étaient pas pour autant autonomes dès que l’on arrêtait de les guider… Le fait de mettre la poubelle “déchets non compostables” AVANT celle des déchets organiques permet de limiter considérablement les conséquences des erreurs ou de la mauvaise volonté (une salade dans les pots de yaourts  ce n’est pas bien grave, alors que l’inverse est bien embêtant).
Au dessus de la poubelle “non compostable” il n’y a rien d’écrit, juste une planche en bois avec un pot de yaourt, un opercule de pot, une barquette, un emballage, tous punaisés et avec une grosse flèche vers la poubelle correspondante. J’ai remarqué que les élèves ne lisaient pas vraiment les messages mais suivaient les indications visuelles plutôt bien.
Après j’avoue que le nombre d’erreurs n’a vraiment baissé qu’après 4 ans de fonctionnement. On a du commencer avec deux containers,c’était vite insuffisant. L’agent technique a construit un bac de 4 m3 (à ciel ouvert, avec une bâche type “géotextile” dessus pour décourager les chats du voisinage…) et là on est bon pour une année.
En fait on essaye de bouger le compost le moins possible (odeurs parfois violentes quand on l’a fait), pendant 6 mois. Après l’odeur a vraiment changé, rien à voir, et la mairie peut venir chercher le compost, disons “demi mûr”.
Voilà, le sujet est riche et doit s’adapter à chaque fonctionnement, différent suivant les établissements…

Voilà, j’espère que ça pourra t’aider, sinon tu peux aussi reposer ta question dans le groupe thématique”Compostage en établissement”.

Hervé

20 janvier 2015 à 20 h 40 min

Merci Hervé,

C est intéressant comme organisation.Mais j aimerais que ce soit spontané chez les enfants ,et c est juste une petite phrase de motivation que je voudrait leur donner…J ai maintenant trouvé une petite combine pour les motiver; il y avait des éclairs en plus en dessert la semaine dernière; du coup je les ai partagés pour ceux qui se sont levés faire le compost!!Et bien apres ca beaucoup se sont levés pour trier les assiettes!!Et il n y as plus eu de probleme du séjour!La plus grande partie était quand meme tres motivés.

Maintenant  plutot que de leur expliquer le fonctionnement a la va vite avant le premier repas, j interviens en classe le soir pour les sensibiliser au tri des déchets et compost…Ils sont plus receptifs…Et j espere que le fait d avoir parlé pollutions et réchauffement climatique leur donnera le courage de se lever naturellement.

Jattends de voir ce séjour…

Marie

Marie

10 novembre 2016 à 20 h 16 min

Bonjour Marie et à tous ceux qui suivent ces messages.

pour sensibiliser les enfants, et plus particulièrement les ados, il faut maintenant utiliser des “moyens modernes” !

C’est ce qu’a prévu de faire une petite structure qui a développé le jeu “Compost Challenge” (https://compostchallenge.com/) qui se joue sur les smartphones, accessoire tellement indispensable à nos chers ados qu’il parait même greffé sur eux !

À tester par ceux qui sont équipés de téléphone dernier cri…

 

Hervé, pour TC&E